La vie dans les paddocks !

Une course, ça se passe autant sur le circuit dans les paddocks. Si le spectacle qu’offrent les pilotes est magnifique et captivant, l’activité qui règne dans les paddocks est toute aussi captivante. Véritable centre névralgique de la course, cet espace est une ruche où se croisent de nombreux métiers n’ayant qu’un seul objectif : faire gagner l’écurie.

Dans les paddocks, on retrouve de nombreuses personnes comme le coach, des analystes … et surtout, les techniciens, l’équipe des pits-stops (arrêt ravitaillement en français). Ces arrêts cruciaux dans les compétitions sont devenus des courses dans les courses. Chaque millième compte. Un pit-stop court peut faire la différence entre une première et une deuxième place.

Les pits-stops

Ces moments sont devenus tellement iconiques que des caméras sont installées tout autour des paddocks pour avoir la meilleure vue sur des interventions toujours plus courtes. Le record en date étant un arrêt de Max Verstappen pour l’écurie RedBull, qui a duré 1.82 seconde ! Cela veut dire que l’arrêt à duré moins longtemps que le temps qu’il vous a fallu pour lire la phrase annonçant le record.

L’équipe qui compose le pit-stop regroupe en moyenne 16 personnes (en F1) ayant une tâche bien précise.

  • On retrouve quatre wheel-gunners, ils s’occupent de dévisser le pneu qui leur est attribué. Il visse ensuite le pneu de remplacement.
  • Il a également huit tyre carriers. Quatre d’entre eux retirent les pneus usés et les quatre autres placent les nouvelles gommes. Ils travaillent par paires, chaque binôme s’occupe d’un pneu (avant droit par exemple).
  • Deux personnes destinées à stabiliser sur les côtés la voiture.
  • Un front wing men qui va changer ou non le ‘’nez’’ de la F1 en fonction des dommages subis.
  • Un jack men avant et un jack men arrière. Celui de devant est la personne qui ‘’arrête’’ la voiture et la lève, alors que celui de derrière vient se positionner une fois la voiture à l’arrêt pour lever la partie arrière.
  • Le responsable incendie. C’est comme son nom l’indique la personne en charge d’intervenir en premier en cas de départ de feu.

Depuis que le ravitaillement n’est plus permis en F1, ce poste emblématique n’est plus présent en F1. On le retrouve bien évidement d’en d’autres disciplines.  

Chacune de ces personnes répète inlassablement les mêmes mouvements afin que ceux-ci prennent un minimum de temps et qu’il n’y ait aucune erreur.  

Cela confirme que la course se déroule autant sur le circuit que dans les paddocks. Outre les équipes techniques, il y a toute une logistique à déployer. Il faut faire vivre tout ce monde qui est entièrement absorbé par la course.

Les rangements

Si nous prenons le cas de 24h du Mans, les pilotes se relaient continuellement. Pendant les périodes au cours desquelles ils ne roulent pas, ils se reposent dans un espace dédié. L’endroit est aménagé et un cuisinier prépare pendant tout l’évènement des repas à toutes heures du jour ou de la nuit.

Dans cette zone, on va retrouver toutes les infrastructures dans lesquelles sont rangées les affaires des pilotes et des techniciens comme les sacs, tenues … Tout doit être rangé à la perfection afin d’éviter de perdre un temps précieux pendant les roulements.

C’est le bon fonctionnement de cette ruche qui permet aux pilotes de n’avoir qu’à se concentrer sur la course. Ils savent que chaque élément est parfaitement maîtrisé par chaque membre du team. La victoire est finale une victoire d’équipe et non la seule performance d’une seule personne.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s